12 janvier 2011

En vers et contre tout !

Chers fidèles amis de la Mie,


Ne dites pas non : je vous ai manqué. Mais j'aurais eu tellement de choses à dire, ces derniers mois, qu'au final, j'ai procrastiné comme un dingue. Résultat, toutes les subtiles et impertinentes chroniques que je mijotais, ça aurait pris vingt pages que vous n'auriez certainement pas lues. Alors voilà, j'ai décidé d'en tenter un résumé laconique, mais… en vers (et contre tout, comme d'habitude).


Stéphane


Dès le vingt-et-un octobre

L'entendant chez Taddéi

S'exprimer en phrases sobres

Papy Hessel m'a conquis

J'avais un titre évident :

"Indignez-vous !" j'aurais mis

Hélas ! Dès le mois suivant

Cent journaux l'avaient repris !

Moralité :

Si tu tir's pas le premier

T'as droit qu'à du réchauffé.






















(Dessin de Coureuil)




Scoutère


Avec mon cheval à roulettes

Cet été après les moissons

J'ai chevauché ma patinette.

Deux fois j'ai traversé la France

De Paris jusque la Provence

J'ai dormi à Château-chinon

Par Genève suis remonté

J'ai dormi à Lons-le-Saunier !

Deux mille six-cents kilomètres

Où je n'ai fait que musarder

La France, il faut le reconnaître

Est superbe, monts et vallées

Mais les bourgs tristes à pleurer













Andalucia


Je n'avais que Séville en précieux souvenir

Mais ni Grenade, ni Cordoue

Il fallait que je me secoue !

La Sierra Nevada et le Guadalquivir

L'Alhambra luxuriant, la Mesquita magique

Les neiges scintillantes, et puis cet art unique

Arabo-andalou ! Pourquoi faut-il qu'ils aient

Remplacé ces motifs par des angelots niais

Boursouflés, et des vierges avec les yeux dans l'eau

Chevauchant des dorures, et des jésus mélo ?































CO2 mon amour


L'écolo est d'une espèce

Qui met pas le nez dehors ;

L'entend-on pas qui se dresse

Contre bobos et consorts ?

Il n'est point un Quatre-quatre

Qui échappe à son courroux ;

CO2 il faut combattre

On veut pas de ça chez nous !

Moi qui, grand voyageur (tu parles !) cependant

Des Pyrénées ai pris la route récemment

Je leur puis certifier que j'ai de mes yeux vu

Vu et croisé au moins douze mille gros-culs

Fumant, pétaradant

Puant, tremblant, polluant…


Quoi ! Justin, tu défends ces crâneurs ridicules

En ville paradant dans des cons véhicules ?

Quel rapport, dites-moi ? Pourquoi faudrait-il braire

La frime, désolé, n'a nul effet de serre !














Vive la Chine


Et voilà : maintenant, il faut lécher le cul

Des Chinois. Tant il est aussi vieux que le monde

De se l'entrelécher a coutume féconde

Car les puissants sont rois quand les pauvres sont nus

Tu apprendras le chinois, mon fils


"Un grand Etat s'agenouille devant un petit Etat. Passif, il le vainc.

Un petit Etat s'agenouille devant un grand Etat. Passif, il est vaincu."


Lao-Tseu


US go home


Hérissé comme on sait par l'infernal "globish"

Ce sabir angloïde, et "mode", et pavlovien

Avec dedans de vrais morceaux d'amerlocain

Venus accompagnés de ses valeurs fétiches,

J'ai décidé

De me passer

De tout ce qui

De là, d'ici

Venait d'outre-atlantique

Chic !

Je proscris sans délai si ma mémoire est bonne

Révolver, ascenseur, répondeur, microphone (1)

Stylo, ventilateur, escalier mécanique

Grille-pain, chasse-neige et rasoir électrique

Blue-jeans, machine à coudre et réfrigérateur

Lave-vaisselle, autoradio, aspirateur

La lampe à filament et la télévision

La fermeture éclair, la climatisation

Kleenex, panneau solaire, petit pot pour bébé

Transistor, deltaplane ou circuit intégré

Imprimante, hi-fi, et papier hygiénique

Jusqu'à mon appareil de photo numérique

Chewing-gum, dentifrice, jazz, basket-ball, horreur !

Il me fallait encor virer l'ordinateur !

Et le scrabble ! Comment pourrais-je régaler

De mes humbles saillies mes gentils abonnés,

Sur le tapis de jeu placer un beau KUMQUAT,

Un SATRAPE, un WHISKY, un KA, un CAJOLÂT ?


(1) Toutes ces choses et les suivantes en effet seraient des inventions états-uniennes…



Combien font un milliard ?


Des milliards, qu'on nous dit, des milliards, des millions

De dollars ou d'euros, de yens ou de morpions

Mais qu'est-ce qu'un milliard ? A quoi que ça ressemble ?

Et comment qu'on pourrait en discuter ensemble

Afin de mesurer ce que notre bonté

Immense a pu céder pour sauver les banquiers ?

Un fils d'amis, il y a peu

Malin, a inventé ce jeu :

Quelle différence profonde

Entre mille, un million, un milliard de secondes ?

Tic tic tic tic tic tic faut un peu gamberger

Top ! Je n'en doute pas, hein ? Vous avez trouvé…

Mille : 17 minutes. Un million : 11 jours

Mais UN MILLIARD ? Perdez surtout pas votre humour :

31 ANS ET PRESQUE SIX MOIS !! Une paille.

Merci, Pacôme, pour cette jolie trouvaille.






Bonne année


TARMAC, MARQUER LE PAS, MARQUER À LA CULOTTE

IMPACT et GOUVERNANCE, ou autre BOURSICOTE

LOW COST et FOLLOWERS, ME TOO et SYSTÉMIQUE

Je vous souhaite une année délivrée de ces tics !

















Pfffou !




Cet exercice de style en vers m'a épuisé. Et je n'ai pas tout dit ; ce sera pour la prochaine fois.

Détendons-nous avec le coin de la lucarne (de moins en moins étrange mais de plus en plus fine) :


Giuseppe :

"Quelle est votre demande en espérant venir me voir ?"

"Je l'accompagnerais si a ferait une diète."

"Sa tête me plaît, mais le corps ne suit pas."

"Y en a une qui m'apaise, pasque moi je pars au quart."


(in Qui veut épouser mon fils, sur TF1)


Et n'oubliez pas que, comme me le rappelait mon camarade Carlos, citant Joël Martin :

La Chine se soulève à l'appel des Nippons


Bien à vous,


L'ami dévot


P. S. : Les approximations de typographie et de mise en page ne sont pas dues à votre serviteur, mais au logiciel de Blogspot, qui est souple comme un parpaing !

1 commentaire:

  1. Ah !!!!! Le reveil du Colbart....
    Merci, tout de même,
    l'était temps, grand temps,
    grand temps de traverser ce temps
    de tourmentes, de'inquiètudes,
    de revoltes ardentes,
    et
    , eh!, eh!, eh!
    des nouvelles de notre gentil calculateur poète
    qui s'essaye à la mesure du temps.....!
    ça fait bien plaisir à la Berthe,
    @ +
    santé , sourires, soupirs, baillements
    rots et pets entrelardés de philosophie,
    rendez-vous au tas de sable

    RépondreSupprimer

A vous de jouer !