06 avril 2006

Les vrais progrès du vocabulaire !


A la dernière manif des feignants-qui-ne veulent-pas-prendre-en-compte-la-nécessaire-redynamisation-de-l'économie-en-France, il faisait encore un peu frisquet.
Ce printemps, décidément, tarde à venir.
Rayon langage, je méditais encore hier soir sur le pouvoir du lexique. Si t'as pas les mots, tu cognes ou tu brûles la voiture de ton voisin. Non ?
Alors je vous propose un petit cours pour vivre en harmonie avec le siècle.

Ne dites plus ACQUIS SOCIAUX, dites PRIVILÈGES ;
Evitez PRÉCARITÉ, dites FLEXIBILITÉ ;
Vous savez déjà que LICENCIEMENT, après DÉGRAISSAGE, se prononce maintenant PLAN SOCIAL ;
Pour RENONCEMENT, dites RÉALISME ;
Pour CONTRIBUTIONS SOCIALES, énoncez LOURDES CHARGES (-QUI GRÈVENT LE BUDGET DES ENTREPRISES) ;
De même, PROGRÈS SOCIAL se dira AFFAIBLISSEMENT DE L'ÉCONOMIE (-DANS UN MONDE CONCURRENTIEL) ;
Evitez SACRIFICE, préférez RÉFORME ;
Zut, pour PRIVATISATION je ne trouve rien : PRIVATISATION n'est plus un gros mot. Vous voyez qu'on avance, dans la novlangue libérale !

A y est, vous êtes MODERNES. Enfin je veux dire : CONTEMPORAINS, quoi. En art, à la rigueur, vous pouvez employer POST-MODERNE, qui veut tout dire et son contraire.
A propos, si vous êtes à Paris, allez vite voir Bonnard au Musée d'Art… Moderne. Et constatez une fois de plus que les reproductions à la sortie n'ont que peu à voir avec les œuvres originales.

Ne dites plus IL NOUS GAVE AVEC SON BLOG : dites VIVE LA MIE DES VEAUX !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A vous de jouer !