14 janvier 2007

Le cabas du nouvel an














Bonne année à tous !
J'avais préparé une chronique très drôle et très détaillée sur mes derniers déboires automobiles à Paris, parsemée de saillies ironiques sur le PPT (Plan de Paralysie Totale) de Bertrand. Mais j'avais peur que, vu la qualité de mes fidèles abonnés, ils me soupçonnassent d'atrabilairitude anti-progrès. Je sucre donc.

A la place, j'ai décidé d'évoquer seulement quelques chroniques auxquelles vous avez échappé :

BRAVITUDE
Très typique de l'époque, les cris d'orfraie poussés par les uns et les autres à propos de la déclaration chinoise de Ségolène :
"Comme le disent les Chinois, qui n'est pas venu sur la Grande muraille n'est pas un brave. Qui va sur la Grande muraille conquiert la… bravitude". Ouin ! Alle a fait une faute de français, s'écrient les cuistres soudain réveillés en cerceau ! ("Les linguistes sont partagés" selon Le Parisien !!!) Suis-je trop laxiste ? Je n'y ai vu qu'une petite vanne un peu approximative en connivence avec des êtres normalement dotés d'un minimum de sens de l'humour. Et peut-être aussi pour faire une "petite phrase", de celles dont se délectent les journaleux. Mais n'y revenez pas : c'est bien la première et dernière fois que je défends Ségolène.

FRANCITUDE
En revanche, Galouzeau de Villepin, qui pourtant s'exprime habituellement dans un français irréprochable (et nonobstant aristocratique), s'est bien pris les pieds dans le subjonctif, l'autre dimanche sur Canal +, en déclarant : "Personne ne pensait que ce FUSSE possible". "Que ce fût" eût suffi. N'est-il pas ?

ECONOMITUDE
Aviez-vous remarqué que pour jauger un pays, les grands gentils médias et les grands gentils "experts" de tout poil n'ont plus qu'un seul critère : ses résultats économiques ? C'est un peu comme si, pour faire le bilan de votre vie ou de votre relation amoureuse, vous déclariez :
"Germaine a un PEA de 20 356 €. Avec mon PEL et mon livret A on se situe en cinquième position dans l'escalier A : avec les soldes on devrait s'en sortir, mais la galette des rois a grevé notre budget et on n'a plus de mousseux. Notre couple n'est plus viable. Je la quitte."

TURPITUDES
Enfin je sens de partout refleurir les bons principes : dans la brèche d'un salutaire assainissement généralisé de nos comportements entachés de toutes les turpitudes (alcool, tabac, crottes de chiens, sucres et graisses, 4x4, enfants qui crient, ordures non triées…) s'engouffrent les inquisiteurs congénitaux, ceux qui n'ont pas pu s'exprimer depuis 1968 ! ENFIN ! Ils sont revenus, les Jean Royer, les Maurice Druon, j'en passe et des Finkielkraut ! Vive la Nouvelle Père-Fouettardisation de notre beau pays : il était temps !

LITTÉRATUDE
Je m'étais autorisé ici même à faire une pub d'enfer à Lili-la-Tigresse, le deuxième roman de ce petit génie découvert par hasard et qui s'appelle Alona Kimhi. Je viens de terminer son premier, de roman, dont le titre est "Suzanne la Pleureuse". Pure leçon de littérature, où l'on retrouve les qualités d'humour, d'intelligence et de sensualité de l'auteuse (je me refuse à ces féminins en -re, mais chacun fait ça qu'y veut). Et qui parlera à tous ceux qui ont fréquenté de ces mères tentaculaires et manipulatrices que nous aimons tant. Je n'en connais pas personnellement, évidemment, mais j'en ai entendu parler. Voyage, donc, dans la banlieue moite de Tel-Aviv en compagnie de Suzanne Rabin, pucelle "émotionnellement instable" de 33 ans vivant encore dans les jupes de sa maman… Je n'en dis pas plus, ce serait déflorer !
Plus "réaliste" que Lili, mais aussi goûteux.
Gallimard (en poche Folio ou en normal). 428 pages. Traduction Rosie Pinhas-Delpuech.
Pub gratuite (au fait, Gallimard, si tu m'entends…)

LEROY-MERLIN-ITUDE
A la liste de mes ennemis personnels, avec les banquiers, les bétonneurs et les vendeurs de forfaits, j'ajoute aujourd'hui officiellement les vendeurs de peinture soi-disant "monocouche". Devinez pourquoi ?

INTERLUDE
On ne regarde jamais assez NORMANDIE TV. Parmi les chaînes de votre fournisseur habituel, on trouve cette petite merveille qui me rappelle les délicieux balbutiements des temps anciens, quand vous n'étiez pas nés mais moi, si. L'autre samedi, j'y ai relevé la perle suivante :
"Les températures sont unanimes"…
Rappel : des températures unanimes, ce sont des températures qui ont toutes le même avis.

RASITUDE
Le progrès décidément, s'envole sur le char léger des océans infinis de l'avenir. *
Lorsque, en 1990, Gillette a lancé le rasoir a deux lames, nous étions nombreux à piaffer d'impatience : en-core, en-core !
Je m'étais, je l'avoue, quelque peu détourné de cette problématique, mais en 2007, qu'est-ce que je découvre ? Ils en sont déjà à cinq !
Ne riez pas : on n'est jamais rasé d'assez près. On attend avec impatience la réplique de son concurrent Wilkinson. J'ose à peine l'imaginer que déjà la peau douce de mon visage s'horripile avec délice (et orgue). Rendez-vous en 2027.

* Inutile de commenter cette phrase, vous êtes gentils…

FINITUDE
La prochaine fois : une petite méditation sur les banlieues à propos d'un reportage trouvé sur le site de l'INA. Ne quittez pas l'écoute.

Et n'oubliez pas :
La fusée du futur nage dans les méandres de la modernité.

Votre dévoué
Ami Dévôt

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A vous de jouer !