25 janvier 2007

Y a-t-il un citoyen dans la salle ?











Je sens mon cerveau grignoté de l'intérieur. Ils ont gagné déjà.
Hier soir, l'œil torve et le neurone vagabond, je zappe et tombe sur la consternante émission de Stéphane Bern, "L'Arêne de France". Je sais bien que c'est du divertissement, mais comme on y aborde des sujets graves, on pourrait espérer de temps en temps un ou deux grammes d'honnêteté intellectuelle.
Donc, le sujet de mercredi, c'était : "Les riches ont-ils raison de quitter la France ?". Sujet à débat ! (et à dessication)
Eh bien figurez-vous que, outre deux invités un peu paumés (surtout le député ps Assouline, vraiment très léger), le discours dominant était :

"OUI MONSIEUR, NOUS LES RICHES, C'EST NOUS QUI FAIT LA RICHESSE ET C'EST NOUS QU'EST MALHEUREUX ! C'EST NOUS QU'ON PAYE DES 50 % ET LE POUCE* SANS PARLER DE L'ISF QUI EST UN VRAI SCANDALE ET QUI EST MÊME PAYÉ PAR TROIS PAYSANS DE L'ILE DE RÉ, CE QUI PROUVE BIEN… !!!"

Et de citer des chiffres : ça représente 1380 € d'impôt par jour pour le patron Bidule (ben dis donc : combien qu'il gagne alors lui ?), c'est pas encourageant pour les entrepreneurs ! Et Daniel Hechter, émigré en Suisse, de pleurer sur le sort de ce pauvre Johnny "qui est obligé de travailler" (sic). Le pire, c'est que le représentant du gouvernement lui-même abondait ! Il abondait ! Alors que j'attendais, moi, qu'il me rassurât, qu'il m'éclairât, et qu'enfin sur les mauvais citoyens il jetât son opprobre ! Qu'il rappelât que l'impôt est un devoir de solidarité nationale et qu'il sert à payer l'hôpital, l'école, la route et pire encore !!! (zut, je n'ai plus d'imparfaits du subjonctif)
Il est vrai que même Sarko, qui est prêt à toutes les contorsions, a déclaré qu'il "comprenait" ces fuyards…
Le public lui-même semblait acquis et applaudissait avec enthousiasme cette écœurante et poujadiste logorrhée. Mais ne l'oublions pas, mes amis : l'émission est montée, et il est très facile de lui donner la dominante qu'on veut.
D'ailleurs, au sujet de la capacité de nuisance des grands médias que nous aimons tant, vous avez peut-être vu l'excellent docu-fiction d'Arte la semaine dernière : POISON D'AVRIL, qui relate la spirale infernale des journaux télévisés sur l'INSÉCURITÉ juste avant les élections de 2002 ; c'est à frémir ! On y apprend entre autres que Chirac ne serait pas tout à fait étranger à certaines choses, prêt à tout qu'il était pour éliminer Jospin du premier tour. Quand je pense que j'ai perdu ma voix le lendemain dans les manifs. Et au second tour… dans l'urne ! J'attends avec impatience le sujet de prédilection pour cette année, celui qui fera frémir dans les chaumières (car le Canal St-Martin ou de l'Ourq, c'est mou !)

Mais revenons à nos moutons et à notre moutonnière pensée dominante. Suffit-il de déclarer, comme l'aurait fait Hollande : "Je n'aime pas les riches" ? Où est donc passée la pensée sénestre, si seule la pensée dextre s'exprime, sous couvert de réalisme économique ? Et si peu à peu s'insinue l'anglo-saxonne doxa dans tous les domaines (y compris dans mon caddie et dans l'ascenseur) ? Moi j'aime bien les riches, s'ils paient leurs impôts et m'invitent dans leur villa au bord de la mer. S'ils ne sont pas payés 1 000 fois le salaire de leur caissière et qu'en plus ils me donnent des leçons de civisme. Seront-ils moins créateurs de richesse ?
Johnny, dans sa superbe, a seul tenu le vrai discours sous-jacent : "J'en ai rien à foutre !". Et en attendant le jugement qui le fera peut-être Belge avant de devenir Monégasque (c'est le parcours recommandé nous dit-on), rien qu'avec ce qu'il a gagné cette année (8,7 millions €) il pourra s'envoyer environ 35 000 "röstis" avec deux verres de chasselas, prix suisses, en compagnie de Roger Moore et d'Ursula Andress !!

Ah vraiment, nous vivons une époque incivique, certes, mais savoureuse.


*50 % ET LE POUCE : ABUS DE LANGAGE ?
Tiens au fait, je ne suis pas matheux pour deux ronds, mais je ne vois pas comment on peut atteindre 50 %… même Johnny, jusqu'à cette année, après les abattements successifs de 10 et 20 % (traitements et salaires), et vu le système de calcul successif des tranches d'imposition. J'ai beau faire et refaire les calculs, en comptant large je n'atteins guère que plus ou moins 30 % (des revenus nets). A supposer, même, qu'aucune déduction, aucun quota familial ne s'applique, bien entendu. Et on s'en voudrait d'imaginer que les hauts revenus pensent à utiliser les niches fiscales diverses...
Mais peut-être que je ne suis pas bien informé. Ecrivez-moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A vous de jouer !