30 janvier 2008

Près des remparts de Séville



(Photos JC)






"Près des remparts de Séville
Chez mon ami Lillas Pastia,
J'irai danser la séguedille
Et boire du Manzanilla !"








"Ce que le public te reproche, cultive-le, c'est toi"
, conseillait Cocteau.
D'aucuns me reprochent le côté narcissique de ce blog.
Je persiste et signe donc !




















Et me voilà à Séville ce week-end, où j'ai découvert l'Amérique.
Cette ville est absolument délicieuse, et personne ne m'avait rien dit !
L'Alcazar est une pure merveille et n'est même pas en première page des guides !
Quant à la cathédrale, elle mesure 1000 m de haut, 3 km de long et comporte 114 nefs ! (Comment ça, j'exagère ? Puisqu'on vous dit : c'est la plus grande !)
Bien sûr, pas une vitrine ni un troquet qui n'affiche quelque part un Jésus endolori ou une Sainte-Vierge les yeux dans l'eau… Et le moindre retable dégouline de 15 tonnes de fioritures invraisemblables d'or ou d'argent… Mais comme dit Sarko-bling-bling, c'est bien sur la religion catholique que se fonde notre civilisation, non ?



















Et puis surtout, voilà des gens qui passent la moitié de l'année à assassiner des taureaux dans des souffrances épouvantables et cependant grandioses, mais qui sont d'un affabilité et d'une gentillesse jamais démentie en quatre jours, du caissier du Museo de Bellas Artes (Ach, Murillo !) au serveur de tapas en passant par le piéton rêveur de l'Avenida de la Constitución ! Tous souriants et courtois ! (Allez, il est bon de balancer des généralités de temps en temps…)
Ce pays est moderne, comme dit mon ami Jipé ! De fait, j'y ai vu des gens extrêmement civilisés. Par exemple, on peut griller des cigarettes dans la plupart des cafés et beaucoup de restaus sans aller en prison. Sans exagérer, bien sûr, — on n'est pas des mal élevés ! Et personne ne s'est évanoui en faisant "Pff pff" d'un air dégoûté. Point de Christina Boutinos ! Personne n'est mort non plus. Notre taxi a brûlé au moins trois feux rouges, ce matin, et les ouvriers travaillent sans casque mais en chantant. Le soleil y est pour beaucoup, il faut le reconnaître.

Chante aussi le chanteur de flamenco. Dans le flamenco, y en a un qui souffre et l'autre qui s'énerve dans sa robe à pois. Le guitariste, lui, pose un pied sur la cuisse et gratte des deux mains. C'est la danse du diable et des amours souffrantes.

Et puis, il y a quand même les cuisses de caille à l'escabèche, le jamón au porc ibérique nourri aux glands et le fabuleux salmonjero (sur fond d'azuleros, bien sûr)…

Pardon aux spécialistes et aux connaisseurs de l'España, mais Candide vient de découvrir l'Andalousie, et c'est pas triste !

"— Tais-toi, je t'avais dit de ne pas me parler !
— Je ne te parle pas, je chante pour moi-même,
Je chante pour moi-même
Et je pense… Il n'est pas défendu de penser !"



Devinette :
Jeune anarchiste tchèque ?

Réponse : L'Amour
("L'amour est enfant de Bohême, il n'a jamais jamais connu de lois")

Merci à Prosper Mérimée, à Meilhac et Halévy, à Bizet et à Aireuropa.

Vive les jeunes anarchistes tchèques !

Votre dévoué,
Amigo dévoto

Post-scriptum
J'étais tellement de bonne humeur que j'avais oublié la partie ronchon qui fait mon charme. Elle concerne les progrès considérables du service aux clients sur les compagnies aériennes :

1. Dans l'avion, faut payer pour grignoter un sandouiche, maintenant ! Les jolies traditions se perdent, et on ne t'offre même pas un café ! Le chiffre ! Le chiffre !
2. Sur ma facture, il y a un "supplément carburant" !!!
Bientôt, ce sera un supplément "augmentation du prix du plastique des sièges" ou "changement des vérins sur l'aile droite" ou "prime de l'hôtesse" ! Le chiffre !
3. Généralisation de la surréservation. T'as pas intérêt à être le dernier de la file, à l'enregistrement des bagages, à moins de vouloir récupérer un peu de fric au noir… Remarque, c'est un p'tit boulot, ça…

Résultat, tu voyages moins cher. Faut seulement participer à la gestion de la compagnie. De la cogestion, en quelque sorte. Moderne. Sarkozyen. Je propose une franchise incompressible dès que tu passes commande d'un voyage.

3 commentaires:

  1. Caramba, jé té l'avais bien : l'andalosiiiiiiiie !

    RépondreSupprimer
  2. Je me demande bien qui peut reprocher à un blog d'être "narcissique",
    c'est à la fois un contresens et un ineptie : d'une part par définition le
    blog c'est l'exposition de soi (sa pensée, ses voyages, ses coups de gueules,
    ses vidéos préférées, ses recettes de cuisine ou que sais-je encore), et
    d'autres part, le blog étant publié et visible par quiconque, on est loin de
    celui qui se mire dans son reflet. Enfin bon, je veux pas faire mon sérieux à
    deux balles, mais ça me semble un peu étrange cette critique, non ?

    RépondreSupprimer
  3. mi tout l'monde me l'dit qu'c'était trop biau l'andalousie! pi v'l'a ti pas qu't'en rajoute une couche! Ha ça tombe bien j'ai pris un billet d'avion pour pâques! He viva espana, viva andalousia!
    Le billet à 70 euros aller-retour sur ryanair, je sais pas si je dois me réjouir ou pleurer!

    RépondreSupprimer

A vous de jouer !